• maurevans2027

Chapitre : La gangue matricielle

Mis à jour : févr 15

L'éveil du Dieu Serpent, roman d'anticipation

publié par 5 Sens Éditions en décembre 2018


Étude du genre humain du point de vue d’un Alien : Les émotions et les traumas humains sont une source intarissable d’ivresse et de sensations pour nos perceptions atrophiées.

Study of the human race from the point of view of an Alien: Human emotions and traumas are an inexhaustible source of drunkenness and sensations for our atrophied perceptions.

L’escouade de Gris supervisait le travail des Hybrides qui les servaient. Les appareillages qu’ils assemblaient inlassablement sur les chaines souterraines, à l’abri des indiscrétions, requéraient un doigté que, seules, les nouvelles générations d’esclaves mi-humains mi-bandrins possédaient. Les matériaux dont ils avaient une nécessité urgente devaient être façonnés à partir d’un minerai qu’ils ne trouvaient plus sur Rigel et son secteur, alors que la Terre regorgeait encore de tous les éléments fondateurs de leur morphologie et de leur existence.


Ils étaient devenus si peu, au cours des siècles qui éternisaient leur agonie ! Leurs peuples n’étaient plus qu’une ombre, comparé à ce qu’ils avaient symbolisé. Ici, sur ce monde laborieux où le contexte leur était hostile, il s’avérait malaisé d’œuvrer directement. Ce qui expliquait la présence de ces Hybrides qu’ils étaient parvenus à créer après d’innombrables échecs. Les gouvernements terriens leur reprochaient ce gâchis monstrueux de vies humaines, mais leur choix intrinsèque se limitait à cette tentative ou bien à la dégénérescence. Et contre toute attente, les siens appréciaient plus que nécessaire ces êtres aux émotions néfastes dont ils se nourrissaient à leur insu. Du moins, pour la plupart d’entre eux. Ce monde-ci figurait finalement une panacée sur ce point-là.

Au sein de leur entité terrestre, Vernyl percevait, par instants, cette unité particulière qui le caractérisait, lui. Un contexte purement terrien, car là-bas, sur Bander, l’entité qu’ils formaient ne se mesurait qu’à l’aune du nombre de spécimens qui la constituaient. Ici, il arrivait que l’un d’entre eux se libère de la gangue matricielle pour œuvrer séparément tout en protégeant le contexte collectif et l’unité précieuse qu’était la colonie.

Si au début, la matrice avait tenté de les récupérer pour les réenglober dans ses profondeurs impersonnelles, au fil des décennies, elle avait fini par comprendre que l’altération première se compensait rapidement par une contribution particulière du fugitif qui devenait une source de nouveauté pour le groupe et apportait plus qu’il n’avait entraîné avec lui.


Vernyl était l’un de ceux-là, à moitié personna de l’entité fondatrice, à moitié détaché et au-dehors. La plupart du temps, le lien subsistait toujours très fort et ne se relâchait qu’à intervalle, sous certaines conditions que ni lui ni la matrice mère n’avaient repérées. Lui et la matrice soupçonnaient ce monde d’en être un agent instigateur important, une influence qui peu à peu les rendait perméables au contexte terrien. En attendant, Vernyl respectait, par essence, les lois régies par l’autorité mère. Son regard froid se posa sur l’un des Hybrides proches de lui, mieux charpenté pour le genre de tâche escomptée sur la chaine de montage. Parfois, Vernyl se surprenait à sortir de la matergangue pour espérer intégrer le corps d’une telle machine humaine ; l’un de ces êtres plus à même d’arpenter ce monde. Une pointe de jalousie révélatrice d’une échappée de la matrice le transperça de son humeur noire.

Il avait besoin de se repaître d’énergie, et l’un de ces êtres à leur image, du fait de la reconstruction génique dont ils avaient été les sujets, paraissait ressasser des pensées destructrices liées au labeur mécanique qui lui était demandé. Vernyl happa l’onde simili humaine et l’absorba avec un contentement de complétude. Il se sustentait en même temps que d’alimenter la matrice qui l’hébergeait. Un singulier sentiment de satisfaction le traversa une seconde, inattendu, anormal.


Cette lecture s’achève ici. J’espère que je t’aurais donné l’envie d’en lire davantage. N’hésite pas à te rendre sur mon site : https://christinebarsi.com

. À bientôt.


https://christinebarsi.com/leveil-du-dieu-serpent-roman-de-science-fiction/ https://www.maur-evans.com/books https://catalogue.5senseditions.ch/fr/science-fictionfantasy/241-l-eveil-du-dieu-serpent.html

© 2023 by EDUARD MILLER. Proudly created with Wix.com

  • w-facebook
  • Twitter Clean

© 2017, Christine Barsi, tous droits réservés pour le site Christinebarsi.com

© 2019, Christine Barsi, tous droits réservés pour le site maur-evans.com